Divers, Veille sociétale

Monsanto jugé coupable en première instance

14 Feb 2012

Selon le jugement Tribunal de Grande Instance de Lyon rendu le 13 février 2012, « Monsanto est responsable du préjudice de Paul François suite à l’inhalation du produit Lasso ». En 2004, Paul François avait inhalé des vapeurs de monochlorobenzène, solvant du Lasso (herbicide) en ouvrant la cuve de son pulvérisateur.

De nombreux médias rendent compte du jugement et du commentaire de Générations Futures et de P François qui se félicitent de ce jugement.

Voir par exemple « Paul François victorieux contre Monsanto » (France3 Poitou-Charentes) ou « Monsanto Guilty: Paul Francois, French Farmer, Poisoned By Biotech Giant’s Chemicals (article très complet, in English) » (Huffington Post)

Wikistrike résume bien le débat juridique : « Selon Me Lafforgue (avocat de P François), Monsanto aurait aussi manqué à son «obligation d’information» en ne détaillant pas la composition du produit sur l’étiquette, et en n’avertissant pas des risques liés à l’inhalation, ni de l’obligation de porter un masque.

Rappelant qu’il n’y avait eu «aucun témoin» de l’accident, la défense de Monsanto, Me Jean-Philippe Delsart, avait mis en doute la réalité de l’intoxication. Et souligné que les problèmes de santé n’étaient apparus que plusieurs mois après, alors que, selon lui, le monochlorobenzène est très vite évacué par l’organisme. »

La Charente Libre souligne que Monsanto envisage de faire appel et cite les propos de Y Fichet (Monsanto) : « Le Lasso a été utilisé pendant près de 40 ans, utilisé sur des millions de d’hectares et cette situation ne correspond à rien de déjà vu ».

 

Les produits phytosanitaires ne sont pas anodins, et ils peuvent être dangereux pour la santé et pour l’environnement lorsqu’ils sont mal utilisés. Quelle que soit l’issue définitive de ce procès, il est l’occasion de rappeler que les producteurs doivent s’assurer du respect des bonnes pratiques phytosanitaires : en particulier se protéger les mains et les yeux. Voir Références sur le risque utilisateur et Références sur les Bonnes Pratiques Phytosanitaires.
Il en va de leur santé, de celle de leurs salariés et de leur famille.