A la Une, Bio agresseurs émergents, Bonnes pratiques

La « punaise diabolique » : un risque important pour la santé des végétaux (ANSES)

24 Mar 2014

Halyomorpha halys, alias la punaise diabolique est un insecte polyphage d’origine asiatique causant des dégâts sur de nombreuses cultures. Sa présence dans l’est de la France est avérée depuis avril 2013. Compte-tenu de sa dispersion comme « autostoppeur », et comme cette punaise peut s’établir sans difficulté sur l’ensemble du territoire national, il est prévisible que cette punaise va constituer un risque important pour les cultures dans les années à venir.

L’ANSES (Agence Nationale de sécurité sanitaire), saisie par la DGAL (ministère de l’agriculture) sur cette question, a effectué une « analyse de risque express ».

« C’est  un  insecte  qui  potentiellement  peut  infliger  de  lourdes  pertes  à  de  nombreuses productions  agricoles  (…) (arboriculture,  viticulture, maraichage  etc.) et  les moyens de lutte sont actuellement limités à des traitements insecticides qui vont à l’encontre des politiques de réduction des intrants actuellement en place. Partout où il a été introduit, H. halys a causé d’importants désagréments aux populations en entrant dans les lieux habités. Une  augmentation  des  allergies  est  également  à  craindre.  Enfin,  la  présence  de  fortes  populations d’H. halys pourraient réduire l’efficacité des parasitoïdes oophages de punaises  autochtones ». Il en ressort que « le risque est important avec une incertitude faible à modérée pour certains aspects. » »

L’ANSES préconise donc une surveillance accrue et le développement de programmes de recherche pour la lutte biologique, le piégeage et les moyens préventifs de protection des végétaux. Tous moyens de protection qui n’existent pas encore.

1403AnsesPunaiseDiabolique