A la Une, ONG, "Sonneurs d'alerte", etc., Veille sociétale

Jusqu’où peut aller l’extrémisme écologique ?

04 Dec 2015

Sous le titre « Monsanto : pour que justice germe », Libération rend compte, pratiquement sans distance, d’une initiative censée avoir une « valeur pédagogique » : Un « collectif international de juristes et d’ONG » lance le « Tribunal Monsanto [qui] n’est pas qu’un tribunal d’opinion, mais un vrai tribunal avec de vrais juges et avocats en robes[1], qui examineront de vrais chefs d’inculpation établis avec les vrais outils du droit international, même si ce tribunal n’aura pas de reconnaissance institutionnelle ». Le chef d’accusation : « crime contre l’humanité et écocide ». La marraine de l’opération est Marie-Monique Robin, journaliste et militante anti-OGM bien connue. Y participent, entre autres : François Veillerette, Gilles-Eric Séralini, Corinne Lepage. On pourrait croire à une mauvaise blague. Mais ils se prennent très au sérieux.

Sous le titre « Extrémisme « écologique » : intimider, ficher, condamner, lyncher… Une nouvelle avancée dans la démesure », Wackes Seppi moque fort justement la dérive générale dans la démesure de cette mouvance « écologique » : « Sauver la Planète d’une catastrophe climatique en diabolisant l’activité humaine, d’une catastrophe biologique en diabolisant les OGM, d’une catastrophe écologique en diabolisant les pesticides, d’une catastrophe économique en diabolisant les multinationales – dont l’icone est Monsanto ».
W Seppi fait clairement la distinction entre cet extrémisme et « un écologisme de bon aloi, plutôt peu audible… normal, il est raisonnable ».
Mais pour ces extrémistes, « tout moyen est bon pour parvenir à la fin : de la bonne petite expérience pseudo-scientifique destinée à donner du crédit à une opinion préconçue au bon gros mensonge, en passant par la petite ou grosse hypocrisie. »

Il analyse surtout la mécanique du « tribunal Monsanto ». Pour ce « tribunal », pas besoin de faits, pas besoin de preuves. Ce tribunal ne souhaite aboutir qu’à une chose : un lynchage[2] médiatique : « Mais là, avec une caricature de parodie de justice, c’en est un qui est vraiment de trop »

La lecture de l’intégralité de l’article de W Seppi.

1512LynchageMediatiqueIndexSeppi

[1] Visiblement ils doivent penser que c’est l’habit qui fait le moine :-/

[2] N’oublions pas qu’étymologiquement, le mot « lynchage » vient d’un juge du nom de Lynch, partisan d’une justice expéditive dans les débuts historiques des USA. Il semble que ces bonnes âmes « écologiques » veuillent, de fait, faire renaître ce genre de pratiques… Il y a de quoi s’alarmer.