Les Infos anciennes archives

LesInfos 0909

17 Jun 2011

LesInfos 0909 27 juin 2009

 

Rencontres phytosanitaires Légumes et Fraises (SDQPV/CTIFL)

Les présentations des rencontres phytosanitaires de janvier 2009 à St Malo sont disponibles. Pour ce qui concerne les questions réglementaires et les usages orphelins, voir surtout : Avenir de la protection phytosanitaire des cultures légumières (G Wuster, SDQPV), présentation du dispositif sur les usages orphelins (JC Malet, SDQPV), harmonisation européenne des LMR (E Truchot, AFSSA), Méthodes alternatives (protection biologique, stimulateurs de défense naturelle, protection intégrée du fraisier, lentille verte du Puy, aménagement floristique d’aspergeraie, mildiou de la laitue, désherbages de l’artichaut et de la carotte, désherbage mixte de la carotte, alternatives au bromure de méthyle, pucerons des racines des endives, mouche du chou). Et  bien d’autres : l’ensemble des présentations méritent également l’attention.

L’état des lieux est clair. Les présentations (et les débats, qui ne sont pas retranscrits) montrent qu’à l’évidence, et malgré les efforts de l’administration et des organismes techniques, les producteurs de légumes feront face encore quelques années à des impasses graves.

 

Stratégie thématique « utilisation durable des pesticides » (DG Environnement)

Début juin 2009, dans le cadre de la stratégie thématique, qui permettra de préciser la directive utilisation durable adoptée en début d’année, la DG Environnement de la Commission Européenne a réuni les experts phytos de toutes les « parties prenantes » de l’UE : Ministères nationaux, chercheurs, ONG, profession agricole. Il est à noter cependant que le Copa-Cogeca (représentant la profession agricole européenne) a protesté de n’avoir pas été invité à faire de présentation.

La DGEnvi a publié les présentations (in english) sur son site. Voir en particulier : la protection intégrée (IPM), les moyens de lutte biologique, la prévention des pollutions ponctuelles (TOPPS), les ZNT (Buffer strips), les exemples de Plans d’Action Nationaux, les outils d’analyse de risques (FootPrint), le projet de directive sur les matériels d’application, le projet de règlement sur les statistiques d’utilisation de pesticides dans l’UE (all in english).

Pour une vue plus générale, consulter le site de l’UE consacré à la « stratégie thématique (in english) ».

La discussion sur la Protection Intégrée (IPM) doit particulièrement retenir l’attention des professionnels s’ils souhaitent l’adoption de mesures réalistes, cohérentes et applicables.

 

« Notre alimentation est devenue plus verte » (Union européenne)

Sous ce titre, la Commission Européenne publie quelques pages internet (in english) expliquant comment la réglementation phytosanitaire européenne est protectrice de l’environnement, de l’utilisateur et du consommateur. Voir surtout la « fiche technique » expliquant « l’action de l’UE sur les pesticides » et comment « notre alimentation est devenue plus verte » (en français, in english, en español, italiano)

 

Biocides : Révision de la directive Européenne en perspective

Les biocides permettent de lutter contre les organismes nuisibles à la santé humaine ou animale. La directive 98/8 encadre leur autorisation et leur usage. L’Union Européenne annonce la révision de cette directive : « retrait progressif des substances les plus dangereuses » et procédure centralisée d’autorisation devant permettre une simplification administrative pour les reconnaissances mutuelles.

Les enjeux de cette révision sont similaires à ceux du « paquet pesticides » (voir LesInfos0902) adopté récemment. Par exemple, la nouvelle directive risque d’édicter des critères d’exclusion et de ne pas prendre en compte l’analyse bénéfices-risques qui devrait être la base scientifique solide de la réglementation….

Voir : article du Journal de l’Environnement (JDLE), article de WK-HSQE (portail des responsables HSE et QSE), communiqué de la Commission Européenne (en français, in english), site dédié (in english) de la Commission Européenne, quelques explications sur le site du ministère Français de l’environnement.

 

Exposition aux pesticides et maladie de Parkinson (Inserm)

L’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) vient de publier une étude montrant que le risque de maladie de Parkinson est doublé suite à une « exposition aux pesticides ». Voir communiqué de presse. Dans le corps de l’étude (in english), on peut voir que le lien est vérifié pour une exposition professionnelle aux « organo-chlorés », une famille d’insecticides interdits depuis plus de 10 ans. Les extrapolations à l’ensemble des pesticides, ou pour des travailleurs se protégeant efficacement, ou encore pour le public, ne sont que pure spéculation. A juste titre,  les auteurs soulignent « l’importance de l’éducation des utilisateurs professionnels de pesticides à un meilleur usage et la mise en place de mesures de protection des travailleurs agricoles. » Voir le communiqué de l’UIPP qui souligne l’importance des bonnes pratiques.

 

FNAMS : « Les semenciers ne digèrent pas le Grenelle » (Ouest-France)

Interviewé par X Bonnardel, Ouest France, Michel Bareault, Président de la Fédération des agriculteurs multiplicateurs de semences des Pays de la Loire et de Bretagne, s’inquiète des conséquences du Grenelle sur la qualité des semences. « nous devons produire des semences et des plants les plus sains possibles » « Un demi-litre de désherbant coûte moins cher et pollue moins qu’un tracteur qui tourne avec sa bineuse pendant huit jours. ». Voir l’interview en totalité.

 

Méthodes non pas « alternatives », mais « complémentaires » (AG FRCA Centre)

Référence Appro rend compte de l’AG de la FRCA (Fédération des Coopératives) Centre. JC Bocquet, UIPP y a déclaré : « les méthodes alternatives sont nécessaires, mais il est inutile de donner de faux espoirs : ces méthodes sont longues à développer et sont souvent plus techniques que les méthodes chimiques. Il ne faut donc pas opposer le bio et le durable ou le raisonné ». JF Proust, ForumPhyto, soulignait  qu’« il est temps que notre profession rattrape son retard sur sa présence sur Internet »

 

160 recommandations pour l’agriculture (SAF)

La SAF (Société des Agriculteurs de France) a édité « 160 recommandations pour une nouvelle orientation de l’agriculture ». En matière de protection des plantes (p16-19), la SAF préconise entre autres :

Informer le grand public sur la fonction utilitaire des phytosanitaires. Par la même occasion, démystifier l’élaboration des limites maximales de résidus (LMR).

– Veiller au respect de l’harmonisation de l’usage des produits phytosanitaires dans les différents pays de l’Union européenne afin de limiter les risques de distorsion de concurrence. L’administration française doit se montrer moins frileuse dans les autorisations et surtout ne pas aller au-delà des exigences européennes.

 

Marché des produits phytopharmaceutiques : Bilan 2008 (UIPP)

Selon un communiqué de l’UIPP, l’année 2008 est « particulière » avec des « utilisations de produits de protection des plantes qui ont augmenté de 2% en volume et de 14% en valeur ». Cette hausse conjoncturelle est très disparate selon le type de produits et « reflète la tendance des agriculteurs à raisonner de plus en plus leurs interventions tout en s’adaptant aux conditions parfois difficiles. » Voir également l’article d’AgriSalon.

 

« Un réseau pour défendre les victimes des pesticides » (MDRGF)

Le MDRGF vient de lancer son réseau « victime des pesticides ». Le but : collecter les témoignages de victimes supposées. Et obtenir entre autres l’interdiction d’effectuer des traitements à moins de 100 m des habitations… Voir article du Monde.

 

Le MDRGF demande l’interdiction de 3 formulations de Round-Up…

Soutenu par GreenPeace et se basant sur une « étude » de GE Séralini, le MDRGF demande au Ministre de l’Agriculture de prononcer l’abrogation des autorisations de trois formulations de Round Up et menace d’un appel au Conseil d’Etat en cas de refus… Professionnalisme dans la communication et menace judiciaire constitue l’essentiel de l’argument pour tenter de faire pression, malgré les avis scientifiques contraires.

 

« Le Parisien » fait-il dans l’humour noir ?

« Patrick » dans le Parisien affirme : « j’ai été empoisonné ». Son témoignage est éloquent : « Un tuyau a éclaté, et j’ai été littéralement douché aux pesticides à l’intérieur de la cabine » ; plus tard : « Après avoir traité toutes les vaches, j’avais du produit plein les mains ». Avec tout le respect que l’on doit à une personne qui souffre, il serait souhaitable que le journaliste montre qu’il s’agit là non pas de la conséquence d’un emploi normal de pesticides… mais bien d’accident et/ou de mauvaises pratiques.

 

Fais-moi peur ! : D Servan-Schreiber stigmatise l’eau du robinet

Publié par Actualité- News-Environnement (mais aussi par de nombreux sites environnementalistes), David Servan-Schreiber et le WWF soutiennent que, du fait de leur potentiel de perturbation endocrinienne, les micro-polluants rendent l’eau du robinet dangereuse en particulier pour les malades atteints de cancer.

Pas de jaloux, tout le monde est cité : pesticides, nitrates, médicaments, dérivés du chlore, plomb… Leur « étude » confond systématiquement seuils réglementaires, voire simple présence, et seuil toxicologique. Elle ne comporte aucune justification chiffrée de risque et est truffée de « pourrait », « il est possible »…

Ce bel ouvrage destiné aux hypocondriaques incurables re-boostera-t-il les ventes d’eau en bouteille ?

Voir la réaction du Ministère de la Santé