Les Infos anciennes archives

LesInfos0912

17 Jun 2011

Les Infos 09-12, 17 août 2009

« Les mauvaises herbes, ennemi naturel numéro un des agriculteurs » (ONU/FAO)
Sous ce titre
, le service d’information de l’ONU dresse un bilan économique global des dégâts faits aux cultures vivrières : « Selon une organisation de recherche environnementale de Nouvelle-Zélande (Land Care), elles sont à l’origine de quelque 95 milliards de dollars de pertes de production vivrière à l’échelle mondiale, contre 85 milliards de dollars pour les agents pathogènes, 46 milliards de dollars pour les insectes ». L’article présente aussi la lutte intégrée avec l’ensemble des moyens qui pourraient améliorer la situation : herbicides, rotation des cultures, semences de qualité, désinfection solaire…

L’EFSA propose une nouvelle analyse sur le risque aigu des pesticides
L’EFSA vient de lancer une consultation publique (in english) sur un guide d’analyse (in english) des risques dus aux pesticides pour les opérateurs, travailleurs, passants et voisins. Le but est d’améliorer et d’harmoniser les évaluations des autorités chargées de l’analyse du risque. La lecture de ces documents peut permettre de comprendre comment les scientifiques travaillent à l’analyse de risque.

Fytoweb : la législation phyto de la Belgique en ligne
Fytoweb
est le site du gouvernement belge sur la protection phytosanitaire : beaucoup d’informations concrètes et opérationnelles présentées sobrement et pédagogiquement. Lisez en particulier les pages Communiqués de presse (actualité des autorisations, retraits, etc.),  Communications (actualités plus générales), Info pour l’utilisateur (Bonnes pratiques pour l’amateur et pour le professionnel), Extensions d’usage (liste d’usages étendus à des cultures mineures), la liste des « agréations » (homologations), etc.

Questions de parlementaires
Quelques questions de parlementaires et les réponses des ministères de l’agriculture ou de l’environnement.
–          Réglementation UE et Usages non pourvus : Dino Cinieri à l’Assemblée Nationale
–          Miscanthus orphelin : Stéphane Demilly à l’Assemblée Nationale
–          Substances naturelles alternatives (ou « peu préoccupantes ») : Robert Tropeano au Sénat
–          Réduction de l’usage des pesticides : François de Rugy à l’Assemblée Nationale
–          Impact de la réglementation européenne : Jacques Remiller à l’Assemblée Nationale
–          Abeilles et pesticides : Bernard Piras au Sénat
–          Abeilles- surmortalité : Jean-René Marsac, Marietta Karamanli et Pierre Christophe Baguet à l’Assemblée Nationale
–          Bisphénol A et « principe de précaution » : JC Lagarde à l’Assemblée Nationale

 

Beaucoup de bruit suite à l’article « pas de bénéfices nutritionnels pour le bio »
L’article scientifique sur les qualités nutritionnelles du bio (voir Les Infos 0911) a fait coulé beaucoup d’encre, aussi bien dans la presse anglo-saxonne que française.
RSSL e-news
(in english) analyse la méthodologie de l’article et
fait un bilan des réactions de la presse : « Les commentaires dans la presse vont de l’insulte par J Bkytman (Daily Mail) qui décrit l’étude de la FSA comme une « conspiration cancéreuse destinée à empoisonner notre foi dans le bio » à une approche plus modérée, telle celle de Rose Prince (Daily Telegraph) qui dit « il est toujours mieux d’acheter bio » mais qui confirme que l’Ecole de Médecine qui a fait l’étude (LSHTM) est leader en matière scientifique d’éducation à la nutrition, et non pas « pro-industrie » ». « La plupart des réactions en faveur du bio ont dit que la valeur nutritionnelle est rarement le facteur déterminant de leur achat bio, mais que c’est plutôt l’absence de pesticides et le plus grand respect du bien-être animal qui les motivent ». Un exemple : article de The Herald (in english)
En France, sous le titre « Le bio nourrit bien la polémique », l’article de Libération, par exemple, nourrit effectivement la polémique…et a entraîné une discussion en forum qui mérite le détour.
France 24 a organisé un débat vidéo (
en français, in english) entre Olivier Andrault, UFC Que Choisir et Diego Garcia, Agence Bio.
Voir également l’article de M Mennessier dans le Figaro et la discussion fournie dans le forum.

Erratum / « Outils pour l’analyse du risque consommateur en matière de résidus » (Bfr)
En conclusion de cet article (fin de la 1° page) de les Infos0911, il fallait lire : « En Allemagne, la destruction du produit n’intervient pas si l’analyse de risque, prudente, ne laisse pas présager de risque pour le consommateur. » La correction a été faite dans le document présent sur le site. Merci de nous excuser.

« Phytosanitaires : toujours plus d’exigences » (Cerafel Bretagne)
Sous ce titre, le Bulletin Environnement-Qualité du Cerafel Bretagne (association d’organisations de producteurs) fait le tour des problèmes posés par des exigences clients spécifiques, en particulier en termes de LMR. La plus grande difficulté vient d’Allemagne du fait de la pression de Greenpeace et de l’absence d’interlocuteurs techniques, connaissant la production agricole, chez les clients.
A ne pas manquer dans le bulletin : les dessins/pépites mémorables de Malo Louarn

UIPP : Rapport d’activités 2008-2009
Dans le rapport 2008-2009 d’activités de l’UIPP (Union des Industries de la Protection des Plantes), vous trouverez : Organisation de l’UIPP, faits marquants, actualités européenne et française, actions de communication, activité économique des firmes, repères mondiaux et européens, production végétale en France. Il constitue un tour d’horizon rapide et complet vu du point de vue des firmes. De nombreux éléments intéresseront également les agriculteurs et leurs organisations.

Un guide du jardinage écologique (ou comment jardiner sans pesticides) (AREL Lorraine)
Ce guide du jardinage écologique (ou comment jardiner sans pesticides), édité par le Conseil Régional de Lorraine, développe la protection des plantes au jardin en 3 points : méthodes préventives, méthodes alternatives, précautions d’emploi des produits phytosanitaires. Le document, très concret, est plus équilibré que ne le laisse supposer le titre : il s’agit d’un guide des bonnes pratiques phytosanitaires pour les particuliers.

BisPhénol A (BPA) (Albert Amgar)
Le Bisphénol A (alias BPA), qu’on trouve entre autres dans le plastique des biberons, a récemment été interdit au Canada, sans argument scientifique fondé, mais sous la pression de certaines associations. Le débat se pose à peu près dans les mêmes termes en France : les décideurs politiques vont-ils résister à la pression politique ?
Albert Amgar, sur le blog de la revue Process Alimentaire, publie un
article éclairant sur le sujet. Il montre qu’aucune des attaques contre le Bisphénol A n’est scientifiquement justifiée. Il mentionne en particulier l’avis de l’AFSSA et la réponse de R Bachelot, ministre de la santé à un député : « Je rappelle que le principe de précaution ne s’applique qu’en l’absence d’étude fiable. En l’occurrence, les études fiables existent »

« L’écologie peut-elle devenir le prochain fascisme ?
Alerte-Environnement
signale cette émission de France-Inter où le philosophe Jean-Pierre Legoff y dénonçait la « petite musique » écolo-culpabilisante qui, sous couvert de bonnes intentions, accompagne la communication politique, les documents publicitaires, l’éducation de nos enfants… Lire également le forum à la fin de l’article.

« Le bio, c’est bon. Mais est-ce meilleur pour nous ? Non » (M Wente, Canada)
Sous ce titre (article in english), Margaret Wente, éditorialiste au Globe and Mail (Canada), exprime à la fois une affection et une critique, non seulement du bio, mais aussi de toute l’agriculture artisanale destinée aux bobos (comme nous dirions en France). « La nourriture artisanale est trop chère pour beaucoup de gens, y compris ceux qui la produisent (…). L’agriculture « durable » n’est durable que pour quelques consommateurs riches, mais pas pour une planète qui a faim »

Pour sourire : La sagesse ancestrale de deux hommes de Cro-Magnon (L Berthod)
Proposé par Laurent Berthod sur la Gazette de l’ACTA : Deux hommes de Cro-Magnon bavardent en  revenant de la chasse aux mammouths :
– L’un dit : « Tu sais, je crois qu’il y aura six milliards d’être humains dans 40 000 ans. »
– « Tu es fou, répond l’autre. Il n’y aura jamais assez de mammouths. Il faudrait au moins 1000 planètes ! »

FORUM PHYTO Les Infos N°01-2009. 09 Janv 2009 Le Forum Phyto de la Filière Fruits et Légumes Fedecom – Felcoop – FNPF – FNPL – CNIPT – Sections Nationales Produits
Réglementation européenne en débat
Un accord sur le « paquet pesticides » est intervenu entre le Conseil et le Parlement Européen. Voir notre première analyse dans le flash infos du 31 décembre 2008. Le vote en séance plénière du Parlement Européen devrait intervenir le 13 janvier 2009, et l’entrée en application suivre dans quelques mois.
Le Copa-Cogeca (représentant les agriculteurs et les coopératives au niveau européen), dans une prise de position (in english, en français) analyse le compromis, ses avancées et ses limites. Il rappelle le besoin d’une réglementation équilibrée protégeant la santé humaine et l’environnement, contribuant à la préservation des végétaux, créant un marché unique européen, etc. Il appelle à veiller à ce que sa mise en oeuvre soit réaliste. En particulier pour une reconnaissance mutuelle effective et une définition scientifique des critères d’exclusion.
Pour résumer, l’accord constitue une amélioration importante par rapport au projet initial du Parlement. En particulier : attention portée aux usages mineurs et principe de la reconnaissance mutuelle entre Etats Membres (malgré les exceptions possibles).
Cependant, à l’occasion de l’accord, Campagnes et environnement évoque une « polémique sur le retrait des pesticides » suite aux déclarations d’Hiltrud Breyer. D’autre part, l’essentiel des difficultés annoncées ces derniers mois restent d’actualité. Voir par exemple l’étude d’impact de l’Université de Wageningen (in english) sur les cultures néerlandaises. Sarah Petitt, agricultrice au Royaume-Uni, du bureau horticulture et pommes de terre de la NFU dans un interview (in english), insiste sur les usages orphelins, les distorsions de concurrence avec les pays hors-UE. Ce qui est, dit-elle, contre-productif du point de vue de la sécurité alimentaire, de l’environnement et tout simplement « irresponsable ».
Réglementation européenne : un crime contre l’Afrique (source Objectif Liberté)
Franklin Cudjoe, président d’Imani Ghana, un think tank libéral Ghanéen, sur la base d’études contredisant celles mises en avant par l’UE, prévient que l’élimination des pesticides interdits du fait de la directive, risque d’entraîner d’une part une baisse des rendements agricoles, notamment dans les agricultures émergentes, et donc une hausse des prix fatale aux populations les plus modestes, et d’autre part de diminuer l’efficacité de la lutte contre certains insectes porteurs de maladies, dont la malaria, qui tue plusieurs centaines de milliers de personnes encore chaque année en Afrique. Voir article
Pour cette raison, 160 scientifiques, principalement médecins, ont signé une pétition contre la réglementation européenne.
Les résidus de pesticides en 2007 en France (DGCCRF)
La DGCCRF (Instance officielle pour la répression des fraudes) a dévoilé les résultats des plans de surveillance et de contrôle concernant les résidus sur 2007. L’amélioration des programmes et méthodes d’analyses ainsi que la réduction globale des LMR sont principalement à l’origine de l’augmentation du nombre de dépassements de LMR. Les mauvaises conditions climatiques de 2008 sont également un facteur d’explication secondaire éventuel à valider plus précisément.
Pour le MDRGF, « les fruits et légumes sont de plus en plus contaminés ». Voir article sur le site d’enviro2B. Oubliant de préciser qu’il est abusif de parler de contamination lorsque le taux est inférieur à la LMR (limite maximum de résidus).
Cultures orphelines : quelques vidéos
France3 Val de Loire le 11 décembre 2008 : Vigne et cultures maraîchères (radis, poireau, mâche…).
France2 (national) le 28 octobre 2008 (fichier 16MO) : Artichaut en Bretagne
GlobalGap le 16 octobre 2008 (in english ou avec sous-titres en français) : nécessité de résoudre la question des cultures orphelines dans le cadre de la certification GlobalGap.
Un site à visiter : Fruitnet.com (Signalé par la section Pommes)
Le site Fruitnet.com contient beaucoup d’informations internationales (in english) sur l’arboriculture. Les articles concernant la protection phytosanitaire sont soit dans la rubrique Food Safety and Certifications (par exemple : Pesticides illégaux découverts en Espagne (in english)), soit dans production and trade, soit dans research and development (par exemple : lutte biologique contre le carpocapse (in english))
Etude mondiale sur le cancer (CIRC / OMS)
Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC/IARC), organisation liée à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS/WHO) vient de publier le « rapport mondial 2008 sur le cancer ». Voir le Communiqué de presse. Voir le communiqué de presse du CIRC (en français, in english).
Toutes les causes de cancer sont listées et examinées. Les principales sont le tabac, les infections chroniques, l’alcool, le régime alimentaire…
Le rapport complet (17MO, in english) montre que les facteurs environnementaux (page 178 à 181) sont une cause « limitée » de cancers : amiante, air enfumé, exposition au soleil…
Communiquer sur les techniques agricoles : exemple de la recherche publique suisse
OGM.ch est un site animé par JP Zrÿd professeur à l’Université de Lausanne. Il apporte des informations concrètes et pédagogiques sur les OGM, mais aussi plus largement sur la science en agriculture. Exemples de sujets abordés dans la newsletter de Janvier 2008 : « Naturel et artificiel: la distinction est-elle pertinente lorsqu’on parle d’agriculture? », « Greenpeace et Monsanto : même combat », « La résistance aux herbicides pour les nuls », « Pommiers transgéniques »…
Autre exemple dans l’article « Positivisme » : « La vision que le public en général a de la science aujourd’hui est schizophrénique. Les progrès de la médecine, dus à une démarche scientifique parfaitement classique et rigoureuse, sont rarement mis en doute. (…) Simultanément la valeur des travaux de l’agronome et du biologiste qui travaillent dans le domaine de OGM est non seulement contestée et remise en doute de manière systématique, mais enfin, reproche ultime dont ils ne devraient pas se relever, les chercheurs sont traités de positivistes. Nous mettons donc à disposition du lecteur curieux de savoir ce qui ce cache sous cette insulte très sophistiquée un excellent article de Jean Bricmont intitulé « Mort et vie du positivisme ».
La science a tué la philosophie disent certains; en vérité, la science a redonné vie à la philosophie, encore faudrait-il que l’amateur philosophe s’en aperçoive. »
Problématique identique à celle que subit la protection phytosanitaire…
Grandes cultures : Davantage de fongicides utilisés en 2008
Agri-Hebdo explique les raisons climatiques et agronomiques qui ont amené à utiliser plus de fongicides en 2008 en France sur céréales. Globalement, en production de fruits et légumes, les mêmes raisons ont produit les mêmes effets. Les bonnes pratiques agronomiques commandent d’ajuster la protection phytosanitaire à l’intensité de l’attaque par les parasites. Des objectifs contraignants de réduction des volumes utilisés peuvent être arbitraires, inapplicables et être contre-productifs en terme d’agronomie et de protection de l’envrionnement.
Chimie et protection durable des cultures (JL Bernard, AFPP/Académie d’agriculture)
Texte de la communication présentée lors de la séance de l’Académie d’Agriculture du 13 février 2008. Son titre peut sembler paradoxal pour beaucoup de nos concitoyens : « Comment la chimie peut favoriser une protection durable des cultures ». JL Bernard y soutient cette idée de façon détaillée et concrète
A lire : « De l’agrochimie à l’agro-écologie » (JP Deguine, Ed Quae)
Ce livre (voir détails) retrace l’évolution des concepts et des pratiques de la protection des cultures, en s’appuyant sur l’exemple de la culture cotonnière, souvent pionnière des innovations techniques. Il met en avant la nécessité de gérer les peuplements à l’échelle de l’agroécosytème, introduisant le concept d’agroécologie.
La mouche tue-mouche remplace l’insecticide (Ouest-France)
Tel est le titre d’un article d’Ouest-France qui rapporte la création par S Le Cun d’une entreprise élevant une mouche luttant contre les mouches dans les élevages. S Le Cun dirigeait auparavant un élevage de bourdons pollinisateurs et d’insectes prédateurs de parasites pour une coopérative de production de tomates. Une preuve de plus que les producteurs de légumes sont des précurseurs en matière de méthodes alternatives, que l’on devrait appeler « complémentaires », pour la protection des cultures.
Forum Phyto. Les Infos.
Retrouvez les anciens numéros, consultez www.forumphyto.fr
Porte-parole professionnel : Bernard Géry. Contact : jf.proust@forumphyto.fr
N’hésitez pas ! faites remonter vos suggestions, remarques, questions, etc.
Si vous voulez des précisions ou des extraits des articles mentionnés, contactez-nous.FORUM PHYTO Les Infos N°01-2009. 09 Janv 2009 Le Forum Phyto de la Filière Fruits et Légumes Fedecom – Felcoop – FNPF – FNPL – CNIPT – Sections Nationales Produits
Réglementation européenne en débat
Un accord sur le « paquet pesticides » est intervenu entre le Conseil et le Parlement Européen. Voir notre première analyse dans le flash infos du 31 décembre 2008. Le vote en séance plénière du Parlement Européen devrait intervenir le 13 janvier 2009, et l’entrée en application suivre dans quelques mois.
Le Copa-Cogeca (représentant les agriculteurs et les coopératives au niveau européen), dans une prise de position (in english, en français) analyse le compromis, ses avancées et ses limites. Il rappelle le besoin d’une réglementation équilibrée protégeant la santé humaine et l’environnement, contribuant à la préservation des végétaux, créant un marché unique européen, etc. Il appelle à veiller à ce que sa mise en oeuvre soit réaliste. En particulier pour une reconnaissance mutuelle effective et une définition scientifique des critères d’exclusion.
Pour résumer, l’accord constitue une amélioration importante par rapport au projet initial du Parlement. En particulier : attention portée aux usages mineurs et principe de la reconnaissance mutuelle entre Etats Membres (malgré les exceptions possibles).
Cependant, à l’occasion de l’accord, Campagnes et environnement évoque une « polémique sur le retrait des pesticides » suite aux déclarations d’Hiltrud Breyer. D’autre part, l’essentiel des difficultés annoncées ces derniers mois restent d’actualité. Voir par exemple l’étude d’impact de l’Université de Wageningen (in english) sur les cultures néerlandaises. Sarah Petitt, agricultrice au Royaume-Uni, du bureau horticulture et pommes de terre de la NFU dans un interview (in english), insiste sur les usages orphelins, les distorsions de concurrence avec les pays hors-UE. Ce qui est, dit-elle, contre-productif du point de vue de la sécurité alimentaire, de l’environnement et tout simplement « irresponsable ».
Réglementation européenne : un crime contre l’Afrique (source Objectif Liberté)
Franklin Cudjoe, président d’Imani Ghana, un think tank libéral Ghanéen, sur la base d’études contredisant celles mises en avant par l’UE, prévient que l’élimination des pesticides interdits du fait de la directive, risque d’entraîner d’une part une baisse des rendements agricoles, notamment dans les agricultures émergentes, et donc une hausse des prix fatale aux populations les plus modestes, et d’autre part de diminuer l’efficacité de la lutte contre certains insectes porteurs de maladies, dont la malaria, qui tue plusieurs centaines de milliers de personnes encore chaque année en Afrique. Voir article
Pour cette raison, 160 scientifiques, principalement médecins, ont signé une pétition contre la réglementation européenne.
Les résidus de pesticides en 2007 en France (DGCCRF)
La DGCCRF (Instance officielle pour la répression des fraudes) a dévoilé les résultats des plans de surveillance et de contrôle concernant les résidus sur 2007. L’amélioration des programmes et méthodes d’analyses ainsi que la réduction globale des LMR sont principalement à l’origine de l’augmentation du nombre de dépassements de LMR. Les mauvaises conditions climatiques de 2008 sont également un facteur d’explication secondaire éventuel à valider plus précisément.
Pour le MDRGF, « les fruits et légumes sont de plus en plus contaminés ». Voir article sur le site d’enviro2B. Oubliant de préciser qu’il est abusif de parler de contamination lorsque le taux est inférieur à la LMR (limite maximum de résidus).
Cultures orphelines : quelques vidéos
France3 Val de Loire le 11 décembre 2008 : Vigne et cultures maraîchères (radis, poireau, mâche…).
France2 (national) le 28 octobre 2008 (fichier 16MO) : Artichaut en Bretagne
GlobalGap le 16 octobre 2008 (in english ou avec sous-titres en français) : nécessité de résoudre la question des cultures orphelines dans le cadre de la certification GlobalGap.
Un site à visiter : Fruitnet.com (Signalé par la section Pommes)
Le site Fruitnet.com contient beaucoup d’informations internationales (in english) sur l’arboriculture. Les articles concernant la protection phytosanitaire sont soit dans la rubrique Food Safety and Certifications (par exemple : Pesticides illégaux découverts en Espagne (in english)), soit dans production and trade, soit dans research and development (par exemple : lutte biologique contre le carpocapse (in english))
Etude mondiale sur le cancer (CIRC / OMS)
Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC/IARC), organisation liée à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS/WHO) vient de publier le « rapport mondial 2008 sur le cancer ». Voir le Communiqué de presse. Voir le communiqué de presse du CIRC (en français, in english).
Toutes les causes de cancer sont listées et examinées. Les principales sont le tabac, les infections chroniques, l’alcool, le régime alimentaire…
Le rapport complet (17MO, in english) montre que les facteurs environnementaux (page 178 à 181) sont une cause « limitée » de cancers : amiante, air enfumé, exposition au soleil…
Communiquer sur les techniques agricoles : exemple de la recherche publique suisse
OGM.ch est un site animé par JP Zrÿd professeur à l’Université de Lausanne. Il apporte des informations concrètes et pédagogiques sur les OGM, mais aussi plus largement sur la science en agriculture. Exemples de sujets abordés dans la newsletter de Janvier 2008 : « Naturel et artificiel: la distinction est-elle pertinente lorsqu’on parle d’agriculture? », « Greenpeace et Monsanto : même combat », « La résistance aux herbicides pour les nuls », « Pommiers transgéniques »…
Autre exemple dans l’article « Positivisme » : « La vision que le public en général a de la science aujourd’hui est schizophrénique. Les progrès de la médecine, dus à une démarche scientifique parfaitement classique et rigoureuse, sont rarement mis en doute. (…) Simultanément la valeur des travaux de l’agronome et du biologiste qui travaillent dans le domaine de OGM est non seulement contestée et remise en doute de manière systématique, mais enfin, reproche ultime dont ils ne devraient pas se relever, les chercheurs sont traités de positivistes. Nous mettons donc à disposition du lecteur curieux de savoir ce qui ce cache sous cette insulte très sophistiquée un excellent article de Jean Bricmont intitulé « Mort et vie du positivisme ».
La science a tué la philosophie disent certains; en vérité, la science a redonné vie à la philosophie, encore faudrait-il que l’amateur philosophe s’en aperçoive. »
Problématique identique à celle que subit la protection phytosanitaire…
Grandes cultures : Davantage de fongicides utilisés en 2008
Agri-Hebdo explique les raisons climatiques et agronomiques qui ont amené à utiliser plus de fongicides en 2008 en France sur céréales. Globalement, en production de fruits et légumes, les mêmes raisons ont produit les mêmes effets. Les bonnes pratiques agronomiques commandent d’ajuster la protection phytosanitaire à l’intensité de l’attaque par les parasites. Des objectifs contraignants de réduction des volumes utilisés peuvent être arbitraires, inapplicables et être contre-productifs en terme d’agronomie et de protection de l’envrionnement.
Chimie et protection durable des cultures (JL Bernard, AFPP/Académie d’agriculture)
Texte de la communication présentée lors de la séance de l’Académie d’Agriculture du 13 février 2008. Son titre peut sembler paradoxal pour beaucoup de nos concitoyens : « Comment la chimie peut favoriser une protection durable des cultures ». JL Bernard y soutient cette idée de façon détaillée et concrète
A lire : « De l’agrochimie à l’agro-écologie » (JP Deguine, Ed Quae)
Ce livre (voir détails) retrace l’évolution des concepts et des pratiques de la protection des cultures, en s’appuyant sur l’exemple de la culture cotonnière, souvent pionnière des innovations techniques. Il met en avant la nécessité de gérer les peuplements à l’échelle de l’agroécosytème, introduisant le concept d’agroécologie.
La mouche tue-mouche remplace l’insecticide (Ouest-France)
Tel est le titre d’un article d’Ouest-France qui rapporte la création par S Le Cun d’une entreprise élevant une mouche luttant contre les mouches dans les élevages. S Le Cun dirigeait auparavant un élevage de bourdons pollinisateurs et d’insectes prédateurs de parasites pour une coopérative de production de tomates. Une preuve de plus que les producteurs de légumes sont des précurseurs en matière de méthodes alternatives, que l’on devrait appeler « complémentaires », pour la protection des cultures.
Forum Phyto. Les Infos.
Retrouvez les anciens numéros, consultez www.forumphyto.fr
Porte-parole professionnel : Bernard Géry. Contact : jf.proust@forumphyto.fr
N’hésitez pas ! faites remonter vos suggestions, remarques, questions, etc.
Si vous voulez des précisions ou des extraits des articles mentionnés, contactez-nous.FORUM PHYTO Les Infos N°01-2009. 09 Janv 2009 Le Forum Phyto de la Filière Fruits et Légumes Fedecom – Felcoop – FNPF – FNPL – CNIPT – Sections Nationales Produits
Réglementation européenne en débat
Un accord sur le « paquet pesticides » est intervenu entre le Conseil et le Parlement Européen. Voir notre première analyse dans le flash infos du 31 décembre 2008. Le vote en séance plénière du Parlement Européen devrait intervenir le 13 janvier 2009, et l’entrée en application suivre dans quelques mois.
Le Copa-Cogeca (représentant les agriculteurs et les coopératives au niveau européen), dans une prise de position (in english, en français) analyse le compromis, ses avancées et ses limites. Il rappelle le besoin d’une réglementation équilibrée protégeant la santé humaine et l’environnement, contribuant à la préservation des végétaux, créant un marché unique européen, etc. Il appelle à veiller à ce que sa mise en oeuvre soit réaliste. En particulier pour une reconnaissance mutuelle effective et une définition scientifique des critères d’exclusion.
Pour résumer, l’accord constitue une amélioration importante par rapport au projet initial du Parlement. En particulier : attention portée aux usages mineurs et principe de la reconnaissance mutuelle entre Etats Membres (malgré les exceptions possibles).
Cependant, à l’occasion de l’accord, Campagnes et environnement évoque une « polémique sur le retrait des pesticides » suite aux déclarations d’Hiltrud Breyer. D’autre part, l’essentiel des difficultés annoncées ces derniers mois restent d’actualité. Voir par exemple l’étude d’impact de l’Université de Wageningen (in english) sur les cultures néerlandaises. Sarah Petitt, agricultrice au Royaume-Uni, du bureau horticulture et pommes de terre de la NFU dans un interview (in english), insiste sur les usages orphelins, les distorsions de concurrence avec les pays hors-UE. Ce qui est, dit-elle, contre-productif du point de vue de la sécurité alimentaire, de l’environnement et tout simplement « irresponsable ».
Réglementation européenne : un crime contre l’Afrique (source Objectif Liberté)
Franklin Cudjoe, président d’Imani Ghana, un think tank libéral Ghanéen, sur la base d’études contredisant celles mises en avant par l’UE, prévient que l’élimination des pesticides interdits du fait de la directive, risque d’entraîner d’une part une baisse des rendements agricoles, notamment dans les agricultures émergentes, et donc une hausse des prix fatale aux populations les plus modestes, et d’autre part de diminuer l’efficacité de la lutte contre certains insectes porteurs de maladies, dont la malaria, qui tue plusieurs centaines de milliers de personnes encore chaque année en Afrique. Voir article
Pour cette raison, 160 scientifiques, principalement médecins, ont signé une pétition contre la réglementation européenne.
Les résidus de pesticides en 2007 en France (DGCCRF)
La DGCCRF (Instance officielle pour la répression des fraudes) a dévoilé les résultats des plans de surveillance et de contrôle concernant les résidus sur 2007. L’amélioration des programmes et méthodes d’analyses ainsi que la réduction globale des LMR sont principalement à l’origine de l’augmentation du nombre de dépassements de LMR. Les mauvaises conditions climatiques de 2008 sont également un facteur d’explication secondaire éventuel à valider plus précisément.
Pour le MDRGF, « les fruits et légumes sont de plus en plus contaminés ». Voir article sur le site d’enviro2B. Oubliant de préciser qu’il est abusif de parler de contamination lorsque le taux est inférieur à la LMR (limite maximum de résidus).
Cultures orphelines : quelques vidéos
France3 Val de Loire le 11 décembre 2008 : Vigne et cultures maraîchères (radis, poireau, mâche…).
France2 (national) le 28 octobre 2008 (fichier 16MO) : Artichaut en Bretagne
GlobalGap le 16 octobre 2008 (in english ou avec sous-titres en français) : nécessité de résoudre la question des cultures orphelines dans le cadre de la certification GlobalGap.
Un site à visiter : Fruitnet.com (Signalé par la section Pommes)
Le site Fruitnet.com contient beaucoup d’informations internationales (in english) sur l’arboriculture. Les articles concernant la protection phytosanitaire sont soit dans la rubrique Food Safety and Certifications (par exemple : Pesticides illégaux découverts en Espagne (in english)), soit dans production and trade, soit dans research and development (par exemple : lutte biologique contre le carpocapse (in english))
Etude mondiale sur le cancer (CIRC / OMS)
Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC/IARC), organisation liée à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS/WHO) vient de publier le « rapport mondial 2008 sur le cancer ». Voir le Communiqué de presse. Voir le communiqué de presse du CIRC (en français, in english).
Toutes les causes de cancer sont listées et examinées. Les principales sont le tabac, les infections chroniques, l’alcool, le régime alimentaire…
Le rapport complet (17MO, in english) montre que les facteurs environnementaux (page 178 à 181) sont une cause « limitée » de cancers : amiante, air enfumé, exposition au soleil…
Communiquer sur les techniques agricoles : exemple de la recherche publique suisse
OGM.ch est un site animé par JP Zrÿd professeur à l’Université de Lausanne. Il apporte des informations concrètes et pédagogiques sur les OGM, mais aussi plus largement sur la science en agriculture. Exemples de sujets abordés dans la newsletter de Janvier 2008 : « Naturel et artificiel: la distinction est-elle pertinente lorsqu’on parle d’agriculture? », « Greenpeace et Monsanto : même combat », « La résistance aux herbicides pour les nuls », « Pommiers transgéniques »…
Autre exemple dans l’article « Positivisme » : « La vision que le public en général a de la science aujourd’hui est schizophrénique. Les progrès de la médecine, dus à une démarche scientifique parfaitement classique et rigoureuse, sont rarement mis en doute. (…) Simultanément la valeur des travaux de l’agronome et du biologiste qui travaillent dans le domaine de OGM est non seulement contestée et remise en doute de manière systématique, mais enfin, reproche ultime dont ils ne devraient pas se relever, les chercheurs sont traités de positivistes. Nous mettons donc à disposition du lecteur curieux de savoir ce qui ce cache sous cette insulte très sophistiquée un excellent article de Jean Bricmont intitulé « Mort et vie du positivisme ».
La science a tué la philosophie disent certains; en vérité, la science a redonné vie à la philosophie, encore faudrait-il que l’amateur philosophe s’en aperçoive. »
Problématique identique à celle que subit la protection phytosanitaire…
Grandes cultures : Davantage de fongicides utilisés en 2008
Agri-Hebdo explique les raisons climatiques et agronomiques qui ont amené à utiliser plus de fongicides en 2008 en France sur céréales. Globalement, en production de fruits et légumes, les mêmes raisons ont produit les mêmes effets. Les bonnes pratiques agronomiques commandent d’ajuster la protection phytosanitaire à l’intensité de l’attaque par les parasites. Des objectifs contraignants de réduction des volumes utilisés peuvent être arbitraires, inapplicables et être contre-productifs en terme d’agronomie et de protection de l’envrionnement.
Chimie et protection durable des cultures (JL Bernard, AFPP/Académie d’agriculture)
Texte de la communication présentée lors de la séance de l’Académie d’Agriculture du 13 février 2008. Son titre peut sembler paradoxal pour beaucoup de nos concitoyens : « Comment la chimie peut favoriser une protection durable des cultures ». JL Bernard y soutient cette idée de façon détaillée et concrète
A lire : « De l’agrochimie à l’agro-écologie » (JP Deguine, Ed Quae)
Ce livre (voir détails) retrace l’évolution des concepts et des pratiques de la protection des cultures, en s’appuyant sur l’exemple de la culture cotonnière, souvent pionnière des innovations techniques. Il met en avant la nécessité de gérer les peuplements à l’échelle de l’agroécosytème, introduisant le concept d’agroécologie.
La mouche tue-mouche remplace l’insecticide (Ouest-France)
Tel est le titre d’un article d’Ouest-France qui rapporte la création par S Le Cun d’une entreprise élevant une mouche luttant contre les mouches dans les élevages. S Le Cun dirigeait auparavant un élevage de bourdons pollinisateurs et d’insectes prédateurs de parasites pour une coopérative de production de tomates. Une preuve de plus que les producteurs de légumes sont des précurseurs en matière de méthodes alternatives, que l’on devrait appeler « complémentaires », pour la protection des cultures.
Forum Phyto. Les Infos.
Retrouvez les anciens numéros, consultez www.forumphyto.fr
Porte-parole professionnel : Bernard Géry. Contact : jf.proust@forumphyto.fr
N’hésitez pas ! faites remonter vos suggestions, remarques, questions, etc.
Si vous voulez des précisions ou des extraits des articles mentionnés, contactez-nous.