Divers, Veille sociétale

« Les pesticides ont bien changé ! » (Wackes Seppi)

12 Mar 2014

Sous ce titre, sur Contrepoints.org, Wackes Seppi publie pour le site Imposteurs une traduction d’un article américain de Steve Savage (original article in English) qui argumente de façon assez détaillé  en quoi « les agriculteurs disposent aujourd’hui de pesticides qui sont à la fois efficaces et relativement sûrs, bien plus sûrs que la plupart des gens ne le pensent ».

L’article prend comme exemple l’utilisation des pesticides en vignoble de qualité en Californie. Il est clair cependant que, pour l’auteur, Steve Savage, l’argumentaire est tout aussi valable pour la protection phytosanitaire de l’ensemble des cultures.

Les deux grands changements qui sont intervenus aux USA sont :
– en 1970, institution de l’EPA (Environment Protection Agency) et l’élimination concomitante de beaucoup de vieux pesticides problématiques. « Il y a aussi eu un flux régulier de nouveaux produits avec un profil de sécurité et d’efficacité plus favorable. »
– En 1990, en Californie, la mise en place d’un système de déclaration d’usage de pesticides.

Il y a de nombreux parasites dont il faut protéger la vigne et les raisins.  L’auteur détaille ensuite l’histoire de l’utilisation des différents pesticides, conventionnels ou biologiques. Cette histoire montre le décalage entre la perception commune et la réalité des prpoduits utilisés.

Les graphiques montrent que l’utilisation des pesticides des catégories I (organophosphorés, relativement toxiques) et II  (modérément toxiques) baisse continument depuis 1994 et  représente aujourd’hui au total moins de 2 % des applications. « En conséquence, l’image que se font la plupart des gens des « pesticides » correspond en fait à un type de produit très rare en termes d’utilisation. »

« Les pesticides de la catégorie II ont représenté une bonne partie du mix jusqu’à récemment. L’EPA les appelle « modérément toxiques ». Cela peut paraître effrayant. Mais beaucoup d’aliments et de boissons contiennent des substances qui tombent dans cette gamme de toxicité, telles la capsaïcine des piments (140 mg/kg) et la caféine (191 mg/kg). Plusieurs produits utilisés sur les vignes en culture biologique entrent aussi dans cette catégorie [Selon l’INERIS, en fonction de l’espèce et du sel de cuivre étudié, les valeurs de la DL50 aiguë par voie orale sont comprises entre 15 et 857 mg de cuivre/kg de poids corporel]. Quoi qu’il en soit, c’est une catégorie qui tend à s’amenuiser.
Les pesticides de la catégorie III de l’EPA sont « légèrement toxiques ». Des produits naturels très familiers comme l’acide citrique, l’acide acétique, la vanilline, et même le sel de table entrent dans cette catégorie. L’utilisation de cette catégorie de produits a augmenté quelque peu. »

« Les produits de la catégorie IV sont classés comme « pratiquement non toxiques » ; ce sont eux qui ont connu la croissance la plus rapide depuis le milieux des années 1990. Beaucoup de produits ayant remplacé le soufre, ou les anciens organophosphorés, tombent dans cette catégorie. La vraie face des pesticides modernes, ce sont ces matières relativement bénignes, pas ce que la plupart des gens s’imaginent. (…) La plupart des pesticides actuels se situent à plus de 5.000 mg/kg pc (catégorie IV) et sont moins toxiques que le sel, le vinaigre, l’acide citrique, la vanilline et beaucoup d’ingrédients de produits alimentaires familiers. »

1403CalifornieUsagesPesticidesParCategorie