ONG, "Sonneurs d'alerte", etc., Veille sociétale

Fais-moi peur : « pesticides : faut-il avoir peur des fruits et légumes ? » (Bio-Addict)

04 Oct 2011

Dans le titre comme dans l’illustration, le site Bio-Addict ne fait pas dans la dentelle. Il tente de reprendre une recette éprouvée outre-atlantique en ne faisant que traduire les documents de EWG, une ONG environnementale basée à Washington, qui classe les fruits et légumes selon leur degré de « pollution / contamination ». Voir « Pesticides : faut-il avoir peur des fruits et légumes ? » et « quelles différences entre aliments bio et conventionnels ? »

La simple traduction laisse d’ailleurs place à des erreurs grossières : les différences d’origine et de mode de cultures entraînent des différences de niveaux de résidus réels.

Reste que les « plus pollués » et les « moins contaminés », cela sonne moins bien, et est moins positif et tranchant que « Dirty Dozen » et « Clean15 ». Gageons que le consommateur ne se laissera pas faire par une ficelle aussi grosse.

Il faut surtout rappeler ici que la présence de résidus dans l’alimentation n’est ni une « pollution », ni une « contamination », mais la conséquence inéluctable, mais sévèrement maîtrisée et contrôlée de la protection des plantes contre des bio-agresseurs. Que ce soit en bio ou en conventionnel, la protection phytosanitaire laisse des traces. La réglementation, en s’appuyant sur les données scientifiques, fixe des limites en fonction des pratiques phytosanitaires, dans le respect de la sécurité des consommateurs, et généralement bien plus restrictives.

La LMR n’est pas une limite de sécurité des aliments, mais une limite réglementaire liée aux bonnes pratiques agronomiques, plafonnée par la limite de sécurité des aliments.

Par exemple, si un herbicide appliqué selon des bonnes pratiques agronomiques laisse au maximum 0,01 ppm (parties par million) de résidu, et si la limite de sécurité des aliments imposerait 10 ppm maximum (tenant compte de facteur de sécurité de 100 ou plus), la LMR sera fixée à 0,01 ppm. De plus, en général, le résidu réel est très inférieur à la LMR.

 

Pour aller plus loin sur ce qu’est une LMR et des ordres de grandeur en jeu,
voir :
Références sur résidus et sécurité des aliments
Clairement distinguer dépassement de LMR et risque consommateur (ANSES) (article réservé aux membres)

Résidus et sécurité des aliments (2)