A la Une, Divers, Veille sociétale

Quelques (très) gros mensonges de Cash Investigation

09 Feb 2016

Les plus gros mensonges de l’émission Cash Investigation sur les pesticides commencent à être dénoncés sur la toile.

Le plus gros est sans conteste le chiffre de 97%. A plusieurs reprises, Elise Lucet et son comparse Martin Boudot affirment que « 97% des aliments que nous consommons contiennent des résidus de pesticides ». Or ce chiffre est FAUX, complètement faux.
Il est tiré d’un rapport de l’EFSA[1] qui dit en fait que « Plus de 97 % des aliments contiennent des résidus de pesticides dans les limites légales » dont « 54.6% ne contiennent aucun résidu détectable »…

Sous le titre « Cash Investigation et les pesticides : quand des contrevérités sont diffusées en prime time… », Science et Pseudo-Sciences (SPS), revue de l’AFIS[2] consacre l’essentiel de son article à ce grossier mensonge. SPS précise même : « Lorsqu’il a été interrogé par un internaute sur ces 3 %, Martin Boudot, le journaliste qui a réalisé l’enquête, a d’ailleurs répondu : « les 3 % restants correspondent au bio ou aux aliments à très faible teneur en pesticide ». Chacun peut apprécier le contresens ! »
Et SPS de conclure « Au-delà de l’émission Cash Investigation et de ces manipulations de chiffres, l’AFIS invite celles et ceux qui souhaitent se forger une opinion éclairée et raisonnée sur les pesticides à se référer au dossier « Pesticides : ce qu’en dit la science », publié dans le numéro du 1er trimestre 2016 de sa revue Science et pseudo-sciences »

Agriculture et Environnement en a fait une vidéo « 97% de nos aliments contiennent des pesticides / BALIVERNE #07 » … à partager sans modération.

1602AE-CashInvestigation

Dans « Glané sur la toile (51) : À quand un Cash Investigation sur les abus de Cash Investigation ? », Seppi dénonce ce même mensonge en s’appuyant sur « Cash Investigation ou la fabrique du buzz », un article qui analyse la psychose sociale programmée par Cash Investigation.

Sur son blog, Marcel Kuntz, chercheur au CNRS, a  analysé le « nouveau documenteur » de France 2. Il y dénonce également :

« Sur le site de FranceTV, le journaliste a répondu aux questions le lendemain à 14h :
http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/direct-cash-investigation-posez-vos-questions-a-martin-boudot-l-auteur-de-l-enquete-sur-les-pesticides-dangereux_1297449.html mais seules les questions flatteuses ont été acceptées… »

Autre gros mensonge avéré de Cash Investigation : La consommation française de pesticides est non pas de 100 000 T, mais 65 000 T. Et, ramené à la surface agricole, la France n’est pas le 1° consommateur de pesticides en Europe, mais le 8°. Dans la première partie de « Les pollutions par les engrais azotés et les produits phytosanitaires : coûts et solutions », Seppi tire ces éléments d’un rapport du Ministère de l’écologie « – peu suspect de complaisance envers la chimie agricole (c’est le moins que l’on puisse dire…) »

Bienvenue dans le monde impitoyable de l’infaux selon France 2. Service public, faut-il le rappeler…

Voir nos précédents articles :

« Cash Investigation sur les pesticides (suite des réactions) »
« Cash Investigation (suite) : l’évangile selon Sainte Lucet »
« Cash Investigation est en service commandé et ment par omission »

[1] Agence Européenne de Sécurité des Aliments

[2] Association Française pour l’Information Scientifique