Les Infos anciennes archives

LesInfos 1015

17 Jun 2011

Les Infos 10-15 du 14 septembre 2010

 

Le marché mondial des pesticides (Agronews)
Sous le titre « la demande mondiale pour les pesticides atteindra 52 milliards de dollars en 2014 », cet article (in English) d’Agro-news dresse un tableau des principales évolutions attendues et déjà amorcées : progressif abandon du soufre pour des fongicides synthétiques formulés, accroissement de l’usage de molécules plus performantes, déclin du marché des pesticides anciens et dangereux.
La croissance attendue du marché, en valeur, est en moyenne de 2,9% par an pour l’ensemble du Monde, 0.8% en Europe occidentale et 5.4% en Amérique latine.

Usages Orphelins : rencontre GlobalGap/DG Sanco
Le 27 août 2010, GlobalGap (avec Freshfel et ForumPhyto) a rencontré la DG Sanco (direction générale de la Santé et de la consommation de l’UE) spécifiquement sur la question des usages orphelins.
Les usages orphelins induisent des distorsions de concurrence, un manque de transparence et de fiabilité des systèmes qualité, une perte d’autorité des pouvoirs publics… Ils sont une préoccupation majeure de la filière et des autorités.
Les actions en cours devraient permettre d’avancer vers la résolution de cette question à moyen et long terme.
Les participants à cette rencontre ont souligné l’importance de trouver des solutions provisoires à court terme. Une prochaine étape devrait être franchie lors de la prochaine conférence GlobalGap en octobre.
Plus de détails pour les membres dans PointsChauds.

Usages orphelins : lenteur des procédures d’homologation … en Australie
La question des usages orphelins, c’est-à-dire des usages n’ayant pas de solution homologuée satisfaisante touche principalement les cultures de spécialité, du fait des contraintes administratives et des coûts d’enregistrement (trop élevés en regard des surfaces concernées). Le contexte global de dévalorisation de tous les produits de protection phytosanitaire, qualifiés de « chimiques » avec une connotation a priori hostile, aggrave encore la situation. En France, la résolution de cette question, bien que faisant l’objet de toute l’attention de la filière et des pouvoirs publics, n’avance pas aussi vite que le voudraient les producteurs. En Australie, les agriculteurs ont aussi le sentiment d’ « enregistrements avançant à la vitesse de la limace ». Voir article de FarmOnLine (in English).

La politique de l’Union Européenne pour la biodiversité
Ce site sur la politique de l’UE pour la biodiversité
(in English)
, piloté par la Commission Européenne, fournit une information complète sur ce thème : indicateurs, documents, aspects réglementaires, politiques nationales et communautaires mises en place, problèmes des espèces invasives, rapports, liens…
De plus
, dans le cadre de cette politique, la Commission de l’UE demande l’avis de tous (citoyens, organisations, autorités) sur les moyens à mettre en œuvre pour « enrayer la perte de biodiversité et de services écosystémiques dans l’UE et à renforcer la contribution de l’UE à la prévention de la perte de biodiversité. » Cette consultation (in English) est ouverte jusqu’au 22octobre 2010.

La Trame Verte et Bleue : politique française pour la biodiversité (MEEDDM)
Pilotée par le Ministère de l’Environnement (MEEDDM), la Trame Verte et Bleue (TVB) est un élément clef de la politique française pour la biodiversité : elle vise à assurer la continuité des habitats écologiques terrestres et aquatiques lors des aménagements (routes, voies ferrées, urbanisation…) et dans la gestion de l’espace rural. Le Comité opérationnel vient de remettre 3 documents de base sur ce thème qui constitueront la base des décrets d’application de la loi Grenelle 2 relatifs à la TVB.

Utilisateurs de phytos : protégez vos mains ! (suite)
Cette opération de sensibilisation, mentionnée dans LesInfos1014, est reprise par la presse professionnelle et même grand public (pour la plupart sur la base du communiqué de l’AFP) : « Des gants contre les pesticides » (Europe1), « Prévention des risques phytosanitaires : action collective pour protection individuelle » (Référence Environnement), « Pesticides: première campagne de sensibilisation des organisations agricoles » (Campagnes et Environnement, WK-HSQE, Sciences et avenir, Libération, …)

« Vergers Ecoresponsables » : signature qualité des pomiculteurs de France (ANPP)
Les producteurs de pommes et poires réunis au sein de l’Association Nationale Pommes Poires (ANPP), gestionnaire de la charte de production fruitière intégrée (PFI), ont décidé de signer leurs bonnes pratiques arboricoles : « Vergers éco-responsables ». Voir communiqué de presse. La charte PFI est une démarche contrôlée de respect de l’environnement conforme aux principes classiques de la protection intégrée.
Plus encore, « Vergers éco-responsables » signe une démarche s’appuyant sur les trois volets du développement durable : environnemental, social et économique.

Tout ce que vous avez voulu savoir sur le Fipronil (Régent) (B Peiffer, Liste Hygiène)
B Peiffer, animateur de la liste hygiène a constitué un dossier de liens vers des informations scientifiques sur le fipronil, matière active du Régent, insecticide que certains apiculteurs accusent d’être en partie responsable du syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles.

Fipronil (Régent) : non lieu confirmé pour Bayer et BASF
Suite à la plainte de la Confédération Paysanne et de l’UNAF (syndicat d’apiculteurs) pour « mise en vente de produits agricoles toxiques nuisibles à la santé de l’homme et de l’animal », le tribunal de Saint Gaudens avait prononcé un non-lieu en 2009 pour Bayer et BASF. Ce non-lieu vient d’être confirmé par la cour d’appel de Toulouse. La plupart des médias reprennent le communiqué de la Confédération Paysanne, fort mécontente et annonçant qu’elle se pourvoira en cassation. L’article de Novéthic est plus complet.

« Savoir décrypter les pesticides » (MEEDDM)
Sous ce titre, dans cette série de fiches, le ministère de l’environnement (MEEDDM) apporte des informations générales sur les pesticides, utiles pour certaines, en particulier quelques statistiques et un aperçu réglementaire. On peut regretter, dans la plupart des fiches, une rédaction à sens unique n’évoquant que les risques des pesticides : Rien n’est dit sur leurs bénéfices. Et la présentation des données résidus dans l’eau et l’alimentation est uniquement à charge…

DROPS : pour des plantes anti-sécheresse (INRA)
La sécheresse peut porter directement atteinte aux rendements agricoles par des réactions physiologiques de la plante. Le projet européen DROPS, coordonné par l’INRA, combine la physiologie, la génétique et la modélisation avec des essais au champ et s’intéresse au maïs, au blé tendre, au blé dur et au sorgho.

A lire : « OGM : pas de quoi avoir peur ! » (Philippe Jourdrier, Ed Le Publieur)
Selon son auteur Philippe Jourdrier, ancien directeur de recherche à l’INRA, le but de cet ouvrage au titre explicite est « de ne plus entendre avec la même indulgence le discours de ceux qui pourfendent les OGM et leur développement au nom d’une idéologie naturaliste, ou de ceux qui invoquent le principe de précaution, à mauvais escient, pour masquer leur conservatisme ou leur ignorance. »

OGM : Autorités publiques « engluées » (AFIS, AFBV)
Dans un communiqué
de réaction à la destruction de l’essai de vigne OGM à Colmar, l’AFIS (Association Française pour l’Information Scientifique) et l’AFBV (Association Française des Biotechnologies Végétales) relèvent : « engluées dans des compromis politiques, les autorités publiques ne parviennent pas à rendre intelligible une politique de développement scientifique et technologique en matière de biotechnologies végétales. » Ces associations définissent ensuite les objectifs et les moyens qui devraient selon elles guider les autorités. Toute ressemblance avec la question de la protection phytosanitaire, et en particulier avec celle des usages orphelins, n’est peut-être pas fortuite…

Distributeurs et traçabilité des fruits et légumes : peut mieux faire ! (A Amgar)
Sous le titre « En Suisse, les distributeurs ne sont pas COOL (Country Of Origin Labelling, étiquetage du pays d’origine) avec les fruits et légumes », A Amgar rend compte d’articles de la presse suisse.
Depuis, les chimistes cantonaux de Suisse ont publié leur rapport qui confirme : « Souvent, la traçabilité est parfaitement assurée jusque dans les grandes centrales de distribution, mais disparaît lors de l’arrivée des produits dans les succursales et leur mise en rayons. »